Impacts socio-économiques de la crise de la COVID-19 sur les ménages en République Démocratique du Congo

5 itérations de l'enquête entre août 2020 et février 2021

RÉSULTATS CLÉS

Une reprise économique fragile se poursuit, mais les ménages restent extrêmement vulnérables à tout nouveau choc potentiel tel qu'une deuxième vague de Covid-19 ou une aggravation de la sécurité alimentaire. Le pourcentage de ménages déclarant des baisses de revenus continue à diminuer régulièrement.

47%

des ménages déclarent que leur revenu est inférieur à celui d'avant la pandémie, contre deux tiers (68 %) en août.

Le pourcentage de ménages à faibles revenus déclarant une baisse de revenus (64 %) a également diminué mais reste nettement supérieur à la moyenne.

Pour la première fois dans cette étude, les ménages de Kinshasa ont signalé des taux de perturbation des revenus plus élevés que la moyenne nationale (54 %) - reflétant potentiellement la perturbation de la deuxième vague signalée dans la capitale au début de ce mois.

Alors qu'auparavant, le taux de ménages déclarant une augmentation des coûts augmentait de mois en mois, en novembre, cette tendance s'est inversée, bien que l'amélioration ait été modeste.

49%

ont déclaré que les dépenses de leur ménage étaient plus élevées en novembre qu'avant la pandémie - sans différence statistiquement significative entre les ménages moyens et les ménages à faibles revenus.

Ce taux est inférieur à celui observé en octobre et reste similaire aux niveaux observés en août et septembre, ce qui laisse supposer que certaines des mesures mises en place au cours du troisième trimestre commencent à produire leurs effets.

Cette tendance n'a toutefois pas été observée dans les zones rurales - où la proportion de ménages ayant déclaré des prix plus élevés qu'avant la pandémie était presque la même (59 % en novembre et 57 % en octobre).

Toutefois, cette reprise reste fragile. Toute deuxième vague de Covid-19 ou tout problème plus important de pénurie alimentaire viendra encore aggraver une situation déjà difficile.

Le pourcentage de ménages pouvant subvenir à leurs besoins pendant moins de deux semaines après une chute des revenus est passé en novembre de 34 % à 45 %. Pour les ménages à faible revenu, il était encore plus élevé - 60 %.

Bien que le taux de ménages déclarant avoir réduit leur consommation de nourriture soit tombé à 43 % (56 % pour les faibles revenus), il reste supérieur aux 35 % observés en août.

31%

des ménages endettés prévoient de ne pas pouvoir effectuer leur prochain paiement, ce qui représente une légère augmentation par rapport aux 23 % signalés en octobre.

Mise à jour hebdomadaire

À propos de l'étude

Les restrictions domestiques imposées par la propagation de la pandémie de la COVID-19 et le ralentissement économique mondial ont créé un environnement difficile pour les ménages en République démocratique du Congo (RDC).

Les ménages ont donc besoin du soutien du gouvernement pour minimiser les effets négatifs de cette crise. L'objectif de cette étude est de fournir une analyse élaborée grâce à la contribution directe des ménages lors de la phase de collecte des données, afin de soutenir les processus de prise de décision fondée sur des données probantes concernant les effets des décisions publiques prises jusqu'à présent et les mesures supplémentaires qui pourraient être prises pour répondre aux besoins des ménages.

L'étude résulte d’un partenariat entre Élan RDC et Kinshasa Digital. L'enquête initiale d'août 2020 sur l'impact de la COVID-19 sur les ménages a été bien accueillie. Cette nouvelle étude comporte de légères modifications par rapport à l'enquête d'août 2020.D'autres itérations sont prévues (octobre, novembre, décembre, janvier et début février 2021). Elles comprendront des informations sur les ménages de tout le pays sur une base mensuelle afin de comprendre la nature des défis qu’ils rencontrent et leurs évolutions.

Les résultats complets de chaque itération de l'enquête peuvent être téléchargés.

Résultats du sondage

Toutes les 3 itérations combinées.

1.015 personnes ont été contactées pour l'itération n°1 de l'enquête auprès des ménages, qui a été réalisée entre le 31 juillet et le 13 août 2020.

Télécharger les résultats de l'itération n°1

2.200 personnes ont été contactées pour l'itération n°2 de l'enquête auprès des ménages, qui a été réalisée entre le 14 août et le 11 septembre 2020.

Télécharger les résultats de l'itération n°2

2.200 personnes ont été contactées pour l'itération n ° 3 de l'enquête auprès des ménages, qui s'est déroulée du 22 septembre au 13 octobre 2020

Télécharger les résultats de l'itération n°3

2.200 personnes ont été contactées pour l'itération n ° 4 de l'enquête auprès des ménages, qui s'est déroulée du 14 octobre au 26 novembre 2020